Lettre d’opinion d’Étienne Gougoux paru dans Le Devoir du 25 octobre 2010.

Alors que plusieurs études tendent à démontrer une anglicisation rapide de la grande région de Montréal, le gouvernement de Jean Charest nous impose, sous bâillon, la loi 115 sur les écoles passerelles.

Il affaiblit donc une fois de plus nos lois linguistiques et fragilise notre langue encore davantage. Nous devons nous mobiliser massivement pour dénoncer cette situation! Il s’agit apparemment du meilleur moyen de faire reculer le Parti libéral du Québec, comme l’histoire nous l’a démontré à maintes reprises (centrale du Suroît, mont Orford, compressions dans les prêts et bourses…). Faisons en sorte que ce gouvernement reconsidère sa mauvaise décision et recule, une fois de plus, devant la pression populaire!

Lire l’article dans Le Devoir


   Articles pertinents :