Article de Guillaume Bourgault-Côté paru dans Le Devoir du 14 novembre 2011.

Les mesures annoncées hier par l’OQLF ont été mal reçues par le Mouvement Québec français (MQF), qui organisait une manifestation sur le même thème la semaine dernière. «On offre de payer jusqu’à 50 000 $ aux entreprises pour qu’elles respectent la loi 101: va-t-on dédommager les entreprises qui ont décidé de respecter la loi?», demande notamment Mario Beaulieu, président du MQF.

Dans une lettre transmise à la ministre responsable de l’application de la Charte de la langue française, Christine St-Pierre, M. Beaulieu vilipende la campagne de l’OQLF. «Les entreprises qui violent la loi devraient payer l’amende prévue par la loi [jusqu’à 20 000 $] plutôt que de se voir récompenser d’une subvention», dit-il.

M. Beaulieu se questionne aussi sur le sens du «délai raisonnable» octroyé aux entreprises pour se conformer à la loi. «La loi 101 a été adoptée en 1977. Il nous semble qu’un délai de 34 ans était une échéance plus que raisonnable.»

Lire l’article dans le site Internet du Devoir


   Articles pertinents :