Article de Korine Guimond publié dans L’Éveil et La Concorde le 21 février 2012

«Quand j’avais votre âge, j’étais un p’tit courailleux et curieux de mon environnement. Au printemps, mon activité préférée était de me fabriquer un bateau avec du bois de grève […] On y installait un mât avec une voile. C’était une activité qui me donnait l’impression de partir en voyage. Un drapeau, ça ne fait pas avancer le bateau, mais ça l’identifie. On a un bateau immense à bâtir. Un bateau qui s’appelle un pays où vous serez un jour les passagers, les matelots, les officiers ou peut-être le capitaine», a raconté Gilles Vigneault aux élèves assis par terre, très attentifs à son histoire.

photo  L'Éveil

Denise Beaudoin s’est aussi adressée aux personnes présentes afin de présenter son projet. «Chaque école de la circonscription doit avoir son drapeau du Québec. Aujourd’hui, c’est le lancement de cette activité avec Gilles Vigneault comme ambassadeur. La levée du drapeau est un fort symbole qui sème le projet collectif et notre identité propre. C’est aussi une illustration de notre langue et la volonté du Québec», s’est-elle exprimée.

À ce propos, M. Vigneault a déclaré: «La levée du drapeau, c’est un moment solennel important. On s’identifie à la face du monde. L’identité du drapeau, c’est l’identité de soi-même. Quand on sait d’où l’on vient, on peut savoir où l’on va.» Des propos qui ont été accueillis par de chaleureux applaudissements de la petite foule.

Voir dans L’Éveil et La Concorde


   Articles pertinents :