Chroniques de Rita Dionne-Marsolais publié sur Indépendantes.org le 9 janvier 2012

Globalement nous pouvons dire que, si le Québec devenait un pays, pour chacun d’entre nous il n’y aurait pas beaucoup de changements à court terme. Toutefois, à long terme cela pourrait être différent et les Québécois pourraient gagner beaucoup. Je m’explique.

Sur le plan de l’impôt, nous savons tous que nous envoyons à Ottawa une part importante de nos impôts. C’est presque l’équivalent de ce que nous payons à Québec. Si le Québec était un pays, il est clair que ces impôts iraient à un seul endroit, à savoir à Québec.

Toutefois cela ne veut pas nécessairement dire que le total des impôts baisserait du jour au lendemain pour le contribuable Québécois. Nous pouvons raisonnablement dire toutefois qu’à moyen et long terme, nos impôts totaux pourraient baisser ou à tout le moins ne pas augmenter.

De la même manière, personne ne peut affirmer que les impôts que nous envoyons au Canada aujourd’hui vont baisser dans l’avenir, ni de combien ils pourraient augmenter.

Ce que l’on peut affirmer toutefois c’est qu’en étant un pays, le gouvernement du Québec investirait les fonds de nos impôts pour répondre aux besoins des Québécois seulement. Et si le besoin d’aider d’autres pays se faisait sentir, ce serait au gouvernement du Québec de décider seul s’il en a les moyens, comme de décider de l’envergure et de la forme de l’aide à dispenser.

Voir Independantes.org


   Articles pertinents :