C’est devant une trentaine de personnes que Jacques Binette a tenu sa conférence portant sur John A. Macdonald. Il a présenté son hypothèse de départ: Macdonald ne serait pas si diabolique que ce que prétend la SSJBM. Il a présenté son exposé en étudiant l’ancien premier ministre canadian sous différentes facettes, pas seulement son rôle dans l’affaire Riel, en demandant à son auditoire de le noter, comme s’il était le professeur de l’étudiant Macdonald.

Les conclusions de l’auteur de la conférence et des participants étaient quasi-unanimes. Macdonald a été noté avec des 12 ou des 15 sur 60. Que ce soit son attitude face aux Amérindiens, aux Québécois, aux Métis, face à la diversité ou à la démocratie, Sir John Macdonald n’a pas passé le test.

Jacques Binette a conclu son exposé en déclarant que son hypothèse n’était pas confirmé: «S’il vivait aujourd’hui, Macdonald serait beaucoup plus un Trump, qu’un Obama. En 2017, que ce soit au Québec ou au Canada, ceux et celles qui défendent Macdonald en tentant d’en faire un grand personnage, un grand amant de la diversité, un grand démocrate, un homme épris de liberté, un grand bâtisseur du Canada tel qu’il est, nous mentent ou se mentent à eux-mêmes.»

Jacques Binette, deux minutes avant le début de la conférence, tenue le 16 novembre 2017.

 

Une trentaine de personnes ont participé à la Vigile Louis-Riel 2017 qui a débuté par un léger goûter et s’est terminée par une période de questions.