Un bel hommage, plus que mérité, à ce grand patriote qui nous manque tant.

Rappelons que jusqu’à son décès, monsieur Landry fut président d’honneur de notre Société.

 
 

Lire l’article complet dans Le Devoir