Le chercheur indépendant Frédéric Lacroix affirme que cet agrandissement «va venir saccager encore plus la dynamique linguistique à Montréal», tout en soulignant que le français comme langue d’enseignement au postsecondaire est en perte de vitesse dans la région montréalaise.

Article du JOURNAL DE MONTRÉAL