Monsieur Bernard Landry fut historiquement le septième premier ministre à siéger au Conseil général de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal. Fondée en 1834 dans la foulée du mouvement patriote, la SSJB a toujours su réunir en son sein certains de nos plus illustres chefs de file : maires de Montréal, ministres, premiers ministres, chefs de partis, grands journalistes, juristes, économistes, artistes, intellectuels… En 2016, l’élection de monsieur Landry à titre de président d’honneur fut pour notre institution une occasion de renouer avec cette tradition de notoriété.

 

Quel privilège d’avoir connu de si près cet homme libre, digne et doué de grandeur. Quel bonheur d’avoir milité aux côtés de ce patriote passionné, cet indépendantiste infatigable. Il fut pour nos membres et pour tous ceux ayant eu la chance de le côtoyer, une source intarissable d’espoir et de fierté pour le destin de la nation québécoise. Son départ nous a tous profondément attristés.

 

Monsieur Landry et la SSJB

Membre à vie au sein de la section Chevalier-de-Lorimier, la relation d’amitié existant entre monsieur Landry et notre Société nationale ne date pas d’hier. Étudiant, il participait aux campagnes de souscription populaire de la Fondation du Prêt d’honneur, afin d’appuyer financièrement les jeunes Québécois désireux d’accéder aux études supérieures. Grand amant de notre Fête nationale, sa participation fidèle aux activités de la Société allait bien au-delà des seules célébrations du 24 juin. Père de la Journée nationale des Patriotes que nous avions réclamée depuis si longtemps, il ne manquait jamais une occasion de commémorer l’héroïsme des hommes et des femmes de 1837-38. Le 11 novembre 1998, il était présent lors de notre toute première édition de la Cérémonie québécoise du Jour du Souvenir tenue au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, car il estimait parfaitement légitime que la nation québécoise, par la voix de la Société et de l’Assemblée nationale, honore ses Anciens combattants et, par la même occasion, en appelle à la paix mondiale. En 2006, sous la présidence de Jean Dorion, la SSJB lui décerne le titre de Patriote de l’année, un hommage plus que mérité. Par la suite, monsieur Landry sera de toutes les campagnes et de toutes les tournées pour promouvoir nos combats et nos aspirations, au premier chef l’indépendance nationale et le renforcement de la Charte de la langue française, y compris son application aux institutions collégiales.

 

Ces dernières années, notre président d’honneur a joué un rôle important en tant que conseiller spécial auprès de notre jeune Président général, Maxime Laporte, avec qui il entretenait une belle amitié, en plus de participer à toutes nos campagnes de financement et de faire entendre sa parole libératrice aussi souvent que nécessaire : commémorations du 50e de la visite du général de Gaulle, galas des Prix du mérite en histoire décernés à des centaines d’élèves de niveau secondaire, contre-commémorations du 150e du Dominion, affaire de la loi 99, activités de solidarité envers le peuple catalan, etc. Soulignons qu’en 2016, monsieur Landry a notamment signé la préface d’une importante étude commanditée par la SSJB sur les finances d’un Québec indépendant, un ouvrage réalisé par le chercheur Maxime Duchesne.

 

Il va sans dire, son expérience extraordinaire, ses connaissances précieuses, son grand patriotisme auront grandement contribué à l’avancement des causes que nous portons. Nous lui en serons éternellement reconnaissants.

 

Encore une fois, nos plus sincères condoléances à la famille et aux proches de monsieur Landry.

 

 

Ce qu’ils ont dit

Déclaration de Bernard Landry lors de son élection
à titre de président d’honneur de la Société en 2016 :

La devise de la Société, rendre le peuple meilleur, m’interpelle grandement.

 

Quand on aime sa patrie, on veut qu’elle soit meilleure. Et si elle est meilleure, l’humanité sera meilleure.

 

Je suis fier de me joindre au Conseil général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal sous la Présidence générale de Me Maxime Laporte qui fait un travail admirable.

 

La SSJB a joué un rôle déterminant dans notre histoire nationale. On lui doit en grande partie le fait que nous sommes toujours là… Je me souviens que la Société, préalablement à l’adoption de la loi 101, a mené un combat incessant pour le français, qui se poursuit encore aujourd’hui.

 

La langue française et l’indépendance nationale sont pour moi des priorités, de même que la création et la répartition de la richesse collective. La Société sera toujours le lieu par excellence dans la société civile, pour faire valoir ces combats fondamentaux.

 

Déclaration de Maxime Laporte à cette même occasion :

C’est avec une immense fierté que notre Conseil général a résolu à l’unanimité d’attribuer le nouveau titre de président d’honneur de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal à monsieur Bernard Landry, lui qui fut élu par acclamation lors de notre dernière assemblée générale.

 

Homme d’état illustre, grand bâtisseur, monsieur Landry est un citoyen d’exception qui s’est toujours investi corps et âme pour l’avancement de nos intérêts nationaux, au service de cette noble cause qui consiste à faire du Québec un pays libre.

 

Il est le septième Premier ministre dans l’histoire à siéger au Conseil général de notre Société nationale qui a notamment vu passer les George-Étienne Cartier, Pierre-Joseph-Olivier Chauveau et Antoine-Aimé Dorion.

 

Par ailleurs, j’estime que sa présence active dans nos rangs est un symbole de ce que le combat indépendantiste doit être: un combat intergénérationnel. En ce sens, en tant que jeune président, pouvoir compter sur l’appui et la sagesse d’un homme tel que monsieur Landry est une chance et un honneur extraordinaires.