Chroniques de Christopher Hall publié dans le Journal de Montréal le 20 janvier 2012

On apprenait cette semaine que la prestation de services publics bilingues au Canada coûterait plus de deux milliards de dollars par année.

Comme c’est exactement le même montant qu’a coûté le registre des armes à feu, j’ai bien peur que Stephen Harper veuille faire comme avec le registre, et élimine la langue française au pays !

D’ailleurs, il agit déjà en conséquence, en nommant un juge à la Cour suprême ainsi qu’un Vérificateur général unilingues anglophones. D’entrée de jeu, je reconnais que deux milliards c’est beaucoup d’argent, même si ce chiffre a été établi par l’Institut Fraser, un think tank (laboratoire d’idées) de droite canadien qui n’est pas reconnu pour sa ferveur envers le fait français. Alors, quand vient le temps de calculer les coûts du bilinguisme, l’Institut est un peu comme mon oncle Doug à la pêche… il a tendance à exagérer.

De toute façon, le bilinguisme ne se calcule pas uniquement par les coûts d’impression de dépliants en français ou les frais de traduction des derrières de boîtes de céréales. C’est peut-être difficile à saisir pour des esprits cartésiens comme les membres de l’Institut Fraser, ou le premier ministre Harper, mais la valeur du bilinguisme est une richesse qui ne se compte pas en argent.

Voir dans le Journal de Montréal


   Articles pertinents :