Montréal devient de plus en plus une ville unilingue anglophone.

[…] plus que tout, il faut s’impliquer, revendiquer, sensibiliser. C’est notre responsabilité à tous. Nous devons crier haut et fort que le français c’est notre langue, et que cette langue, nous la chérissons.

 

Consulter l’article complet du Journal de Montréal