Article de Louis Cornellier paru dans Le Devoir du 19 février 2011.

« Avec une remarquable constance, le mathématicien Charles Castonguay y mène, là et ailleurs, le combat pour un Québec français et contre les jovialistes qui affirment que tout va bien dans ce dossier. « Le recul du français a beau battre tous les records, écrit-il dans Le français dégringole, il en reste toujours qui branlent dans le manche devant le besoin évident de relancer la francisation du Québec au moyen de nouvelles mesures contraignantes. »

Pour renverser la tendance, Castonguay propose d’agir sur trois fronts: étendre la loi 101 au cégep, franciser fermement la langue de travail et lier la reconnaissance de la citoyenneté québécoise à une connaissance suffisante du français.

Lire l’article dans le site Internet du Devoir


   Articles pertinents :