Article de Jacques Grenier avec La Presse Canadienne paru dans Le Devoir du 11 mars 2010.

Christian Rioux, journaliste et correspondant du Devoir à Paris, est le lauréat du prix Olivar-Asselin. Le prestigieux prix lui a été décerné, hier, par la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal pour récompenser «son indépendance d’esprit», «la qualité et la rigueur de ses chroniques» et tout particulièrement «son analyse percutante des questions identitaires et du dossier linguistique au Québec, vu dans une perspective internationale», a expliqué le président général de la SSJB, Mario Beaulieu.

Voyageur impénitent, Christian Rioux, qui oeuvre au Devoir depuis près de 15 ans, est aussi l’auteur d’un essai sur les petites nations et de Carnets d’Amérique, parus chez Boréal.

«Je veux aussi voir dans ce prix la reconnaissance d’un type de journalisme que nous défendons au Devoir et que je défends depuis une vingtaine d’années, un journalisme qui essaie d’aller au-delà des modes, de l’apparence des choses, un journalisme d’idées qui ne dédaigne pas à l’occasion de s’engager dans certains combats essentiels pour l’avenir du Québec», a déclaré Christian Rioux.

Le prix Olivar-Asselin, nommé en l’honneur de l’un des plus grands journalistes québécois, qui a d’ailleurs signé quelques textes dans les tout premiers numéros du Devoir en 1910. En plus de ce prix, Christian Rioux a reçu le prix du Texte de l’année de l’Association québécoise des éditeurs de magazines en 1992, le prix Jules-Fournier décerné en 2001 par le Conseil de la langue française du Québec, la Plume d’or de l’Association française de la presse étrangère en 2008 et le prix Judith-Jasmin dans la catégorie Opinion en 2009.

Pour la famille du Devoir, qui célèbre cette année le centenaire de son journal indépendant, Christian Rioux vient s’ajouter à une liste de lauréats déjà longue. Gilles Lesage, Renée Rowan,

Michel Roy, Louis-Gilles Francoeur et Roland Berthiaume figurent parmi les artisans du Devoir qui ont été honorés par la SSJB au cours des dernières années.

Lire l’article dans le site Internet du Devoir


   Articles pertinents :