Karine Gagnon | Journal de Montréal

La protection d’une langue ne doit jamais être considérée comme acquise, et les Franco-Ontariens en ont eu une nouvelle preuve lors du discours du Trône du nouveau gouvernement Ford, duquel le français et les enjeux francophones ont été évacués.

Le discours du Trône du gouvernement de l’Ontario, prononcé jeudi par la lieutenante-gouverneure Elizabeth Dowdeswell, ne contenait pas un seul mot en français, contrairement aux précédents.

On s’attendait à tout le moins à ce qu’il soit question d’enjeux concernant les Franco-Ontariens, notamment du projet d’université francophone, mais celui-ci n’a jamais été mentionné. Dans le contexte de restriction budgétaire annoncé par le gouvernement Ford, plusieurs craignent son abandon.

Il s’agit très certainement d’un signal inquiétant, comme l’ont d’ailleurs remarqué de nombreux élus et observateurs de la scène politique ontarienne. D’autant plus que Doug Ford ne s’est jamais illustré comme défenseur de la langue française, bien au contraire.

 

Autres signaux

Lorsqu’il siégeait comme conseiller municipal à Toronto, M. Ford avait voté pour l’abolition du comité français, qui ensuite a été rétabli. Depuis son entrée en fonction comme premier ministre de l’Ontario, à la fin de juin, il a aussi aboli le ministère des Affaires francophones, devenu un simple Bureau des affaires francophones. Plusieurs y ont vu la disparition d’un symbole fort.

Puis, lors de son élection comme chef du Parti progressiste-conservateur ontarien, l’absence du français dans son discours avait également choqué et inquiété la communauté franco-ontarienne.

Les espoirs sont maintenant tournés vers Caroline Mulroney, la nouvelle ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario. Lors du lancement de sa campagne, elle avait mentionné que le français représentait une grande part de sa vie. Elle aura visiblement du travail à faire auprès de son chef.

Il y a 550 000 francophones en Ontario, selon le plus récent recensement de Statistiques Canada, qui note également un déclin constant de leur poids démographique. C’est aussi un phénomène observé au Québec, où l’usage du français recule. Comme quoi le combat pour la protection d’une langue, qui est une richesse, n’est jamais gagné, bien au contraire.

 

 

 

 

SOURCE