Samuel Vanasse | Le Devoir
Président du conseil jeunesse de la Société Saint-Jean-Baptiste

 

 

Il y a quelques semaines de cela, au cours d’un événement citoyen portant sur le sujet, on m’invitait à prendre la parole, moi, un jeune, sur la jeunesse dans le militantisme indépendantiste. Je dois dire que j’étais interloqué, quoique pas surpris. Il faut le répéter : la jeunesse n’étant pas synonyme d’idées nouvelles et plus rarement d’idées réfléchies sur l’époque, elle qui est par défaut inexpérimentée dans la vie civile et politique, je ne voyais pas la pertinence d’un propos à partir du point de vue de « simple jeune ». Il me semblait que cette invitation dissimulait un fait assez anodin, mais qui en dit long sur un problème que nous avons dans nos milieux militants.

Cette impression part d’un certain fétichisme de la diversité, qui comprend lui-même un fétichisme de la jeunesse. Fétichisme que j’ai croisé trop souvent. Ce que j’entends par là, c’est que les mouvements et les partis sont davantage fascinés par des catégories d’individus que par les individus eux-mêmes. Plus par l’image qu’ils dégagent ou la représentation qu’on en a dans l’opinion, dans les médias, que par la compétence et le mérite respectifs de ces personnes. Un bel exemple de tout ça est cette fascination du jeune.

On parle beaucoup de la jeunesse et même beaucoup trop dans les partis et les différents milieux militants. La question « mais où sont nos jeunes ? » revient inlassablement, et malheureusement sans jamais parvenir à des réponses arrêtées ni à des réflexions sortant des sentiers battus.

Si on la cherche, c’est qu’elle ne se fait pas présente. Voilà qui nous renvoie au sujet de la dépolitisation de notre jeunesse nationale.

D’emblée, ne nous voilons pas la face, il est toujours bien vu pour toute organisation politique d’abriter en son sein un mouvement de la jeunesse animé et dynamique. C’est pour cette raison que les partis ont eu tendance à se doter de structures qui ont eu pour vocation d’offrir un espace propre à l’impétuosité de cette jeunesse énergique, que cela prenne forme par des conseils jeunesse, des forums jeunesse, ou encore des comités jeunesse. Cette solution a fonctionné pour un temps, quand l’esprit de cette institution était vivant et que les jeunes ne se limitaient pas à ces seuls espaces dans leur mouvement.

Il faut le dire, quand la jeunesse était encore politisée, que sa culture et son fort entrain politique étaient présents, cela devait être canalisé au sein de structures que je viens d’énoncer, mais cette époque est terminée.

Aujourd’hui, ces espaces de la jeunesse ressemblent plus à des écuries ou des tremplins mondains plus ou moins festifs, où l’on tient mieux en bride cette jeunesse […]. C’est comme ça qu’on l’a domestiquée dans nos milieux militants. C’était inévitable, elle est devenue sans attrait, à l’image de nos politiciens de carrière : moribonde, racoleuse, calculatrice et servile, voilà mon triste constat. Cela a corrompu la jeunesse militante et rebuté les autres à s’engager.

Faire le bilan de la jeunesse

Pour compenser cela, on a tenté de la séduire non pas en allant à sa rencontre, mais en flirtant avec l’image qu’on s’en faisait : que ce soit à l’aide de gadgets, des réseaux asociaux, d’un vocable potache, tout en simulant ou en mettant en avant des idées progressistes.

Pourtant, la jeunesse, si nous sommes honnêtes, n’est pas toujours garante de l’avenir, elle ne rime pas toujours avec progrès ! Voici l’attitude et la démarche que nous avons eues jusqu’à présent envers elle : nous avons mis un espoir crédule en cette jeunesse militante, nous l’avons mythifiée. Nous disons nous battre pour les générations futures, mais les faits et l’idéologie que nous avons d’elle nous indique le contraire. Nous n’avons pas fait sérieusement le bilan de la jeunesse.

Ma génération

Les gens de ma génération sont le fruit de notre société médiatique et hédoniste. Ils sont en grande partie centrés sur eux-mêmes et engourdis par la société de consommation. L’alpha et l’oméga de la vie au Québec se font entièrement dans le cocon des instruments de l’État.

C’est si vrai que, dans ce parc humain, on peut être élevé dans un CPE et finir sa vie par injection létale… En attendant l’indépendance du Québec, nous vivons dans les Résidences Soleil de l’histoire.

Si, en tant que société, nous avons délaissé nos vieux dans ces mouroirs au sigle technocratique de CHSLD, il en va du même cas figure pour les jeunes où les écoles primaires et secondaires sont trop souvent utilisées comme enclos où l’on envoie paître les enfants mal-aimés.

Ces jeunes deviennent souvent immatures émotionnellement, intriqués dans des perceptions et des illusions de cette société de consommation, englués dans un nihilisme, colonisés par des complexes sociaux qui dépassent souvent leur entendement.

On en conviendra, il est difficile d’attendre d’eux une participation saine à la vie collective.

Culture collective

Ne désespérons pas, il existe des solutions : je l’ai évoqué plus haut, nous devons aller à la rencontre des jeunes, et non pas seulement par de simples comités ou par des voeux doucereux, mais à leur rencontre physique. Nous atteindrons l’indépendance quand nous aurons une conscience et une culture collectives, une activité publique et politique plus élargie. Voilà une solution de solidarité. […] Nous devons entreprendre l’édification d’un urbanisme politique. Prenons exemple sur la Suisse et ses myriades d’assemblées où le peuple se tient debout dans les agoras qui ont fait son histoire.

Une autre solution sera de répondre impérativement à la soif de verticalité des jeunes. Leur soif d’idéal ! Existe-t-il un autre projet au Québec que son indépendance ? En dehors de la gestion libérale et de l’intendance technocratique de notre fatigue culturelle, quel destin avons-nous ?

Les jeunes s’attendent à de l’audace de leurs mentors, les plus vieux doivent devenir des modèles sur lesquels on peut s’émuler. Les jeunes ne veulent pas être confirmés dans la médiocrité de leur vie privée ni servir de potiche. Ils veulent être transportés par l’effervescence de la nation, comme ce fut plus ou moins le cas en 2012. Nous devons chercher à retrouver un sens plus profond et une démarche radicale de notre quête d’indépendance politique, elle se doit d’être un chantier de décolonisation des esprits.

Un militantisme digne de ce nom s’incarne dans une quête de sens chargée de romantisme et d’audace, il frôle le mysticisme. C’est une incontournable démarche d’ascèse collective et personnelle pour retrouver nos vertus de justice, d’intégrité, de solidarité, de courage. Sans cela, point de liberté.

 

 

 

SOURCE