Boris Proulx | Journal de Montréal

La commissaire aux langues officielles enquêtera après la plainte d’un député

La réunion organisée par le bureau de la ministre de la Francophonie Marie-Claude Bibeau a eu lieu dans l’édifice Wellington, à Ottawa, en présence de députés canadiens et de représentants de gouvernements étrangers.

 

OTTAWA | L’absence du français lors d’une réunion internationale organisée à Ottawa par nul autre que le bureau de la ministre fédérale de la Francophonie fait l’objet d’une enquête de la commissaire aux langues officielles.

« Que la ministre n’ait pas cette sensibilité du français, c’est un peu pathétique », s’insurge Robert Aubin, porte-parole du NPD en matière de langues officielles qui est l’auteur de la plainte à l’origine de l’enquête.

Réunion

Le 23 novembre, le bureau de la ministre Marie-Claude Bibeau, qui est aussi ministre du Développement international, a organisé une réunion d’un comité international de l’OCDE sur l’aide au développement dans l’édifice Wellington sur la colline du Parlement, à Ottawa. Y assistaient des députés canadiens, mais aussi des représentants de gouvernements étrangers.

Photo Agence QMI, Joël Lemay
La ministre de la Francophonie Marie-Claude Bibeau.

 À la grande surprise du député Robert Aubin, convié à la rencontre, tous les échanges étaient en anglais même si plusieurs intervenants parlaient aussi français. Aucun service d’interprète n’était disponible, et seul lui dit avoir insisté pour parler la langue de Molière.

Un représentant du gouvernement français a par exemple dû s’exprimer en anglais.

« C’est trop facile de faire passer le français complètement à côté, sous le prétexte que tout le monde autour de la table peut parler anglais », dit-il, ajoutant que des ennuis de traduction surviennent trop souvent au parlement d’Ottawa.

« Le Canada est un pays francophone. Nous devrions toujours recevoir les dignitaires ici en français », suggère pour sa part Jean-Paul Perreault, président d’Impératif français.

 

Critiqué

Elle-même absente de la réunion, la ministre Bibeau n’était pas au courant du déclenchement de l’enquête, hier.

Son bureau a répondu n’avoir eu qu’un modeste rôle dans l’organisation de la rencontre « informelle » sollicitée par l’OCDE, et ajoute qu’une porte-parole bilingue de l’organisation initialement à l’horaire n’a pu se présenter à cause d’un imprévu de dernière minute.

Le Parti libéral du Canada a été critiqué, fin novembre, pour n’avoir utilisé que l’anglais dans des lettres non sollicitées à des Québécois, leur demandant des dons.

La ministre responsable de la Francophonie s’est elle-même retrouvée dans l’embarras l’an dernier pour un bulletin envoyé aux citoyens de sa circonscription, Compton-Stanstead, bourré de fautes de français, rapportait le journal La Tribune.

Nouveau commissaire

C’est la commissaire aux langues officielles par intérim, Ghislaine Saikaley, qui a accepté d’ouvrir cette enquête.

Elle sera toutefois remplacée par un nouveau commissaire choisi par le gouvernement Trudeau peu avant les fêtes, le recteur de l’Université de Moncton Raymond Théberge. Il entrera en poste le 29 janvier.