Selon le porte-parole du MQF, Mario Beaulieu, qui est aussi le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, un des objectifs du MQF est d’inclure l’ensemble des régions dans le débat linguistique, « non seulement parce que l’avenir du français est gravement menacé, mais parce que l’ensemble du Québec porte déjà les conséquences de l’anglicisation de la région montréalaise ».

Avec pour mission de faire du français la seule langue publique commune au Québec, un regroupement de militants provenant d’un peu partout au Québec a lancé, dimanche, au Musée national des beaux-arts du Québec, le Mouvement Québec français (MQF).

Voir dans le site du 24 H


   Articles pertinents :