« L’autorisation de ces programmes confirme, encore un peu plus, la perte de prestige du français comme langue d’enseignement au Québec »

– Frédéric Lacroix, chercheur indépendant.

 

Article dans LE DEVOIR