Article d’Antoine Robitaille paru dans Le Devoir du 26 janvier 2011.

Pour éviter que le gouvernement du Québec oublie de nouveau de souligner la journée du fleurdelisé, comme ce fut le cas la semaine dernière, le Mouvement national des Québécois (MNQ) l’exhorte à se doter d’un «protocole» clair. Le Devoir révélait hier cet oubli. Le ministre responsable, Jean-Marc Fournier, a promis de prendre «des mesures pour que cela ne se reproduise pas».

En fait, selon le MNQ, c’est une politique nationale de commémoration que le gouvernement devrait adopter. Le MNQ appuie sa proposition sur une étude, rendue publique hier, de l’historien Charles-Philippe Courtois pour le compte de l’Institut de recherches sur le Québec (irq.qc.ca). Dans celle-ci, M. Courtois examine les politiques et les agences mettant en valeur le patrimoine national ailleurs dans le monde (France, États-Unis, Espagne, Irlande, gouvernement fédéral canadien et gouvernement régional catalan). Au Québec, soutient M. Courtois, l’absence d’une telle politique a conduit aux «fiascos», sur le plan de la mémoire, qu’ont été «la célébration ou la commémoration de dates charnières de notre histoire, comme le 400e anniversaire de la fondation de la capitale et le 250e anniversaire de la Conquête».

Lire l’article dans le site Internet du Devoir


   Articles pertinents :