Article de Charles Lecavalier paru dans Le Journal de Montréal du 5 novembre 2011.

La manifestation, organisée par le Mouvement Montréal français (MMF), visait particulièrement le nom des commerces anglophones. «Future Shop, par exemple, pourrait faire l’effort d’écrire “Les magasins Future Shop” ou beaucoup mieux, avoir un nom de franchise en français. Dormez-vous s’en est donné la peine», a expliqué Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, présent à l’évènement.

Même point de vue pour Olivier Arteau, 20 ans, qui croit que l’anglicisation de Montréal est une pente glissante qui va entraîner la disparition du français au Québec. «Pensez-vous que les régions vont continuer de parler le français si l’anglais devient la langue dominante de Montréal?» s’est-il questionné.

Cette marche survient quelques jours après que l’Agence QMI eut rapporté que 76 entreprises se retrouveraient en infraction par rapport à la loi 101 dans la circonscription de la ministre de la Culture et des Communications, Christine St-Pierre, responsable de l’application de la loi.

Lire l’article dans le site du Journal de Montréal


   Articles pertinents :