STEVE E. FORTIN  |  Journal de Québec

 

Quand on se replonge un peu dans la séquence des événements de 1982, on se rappelle à quel point Pierre-Elliot Trudeau et Jean Chrétien (alors procureur général du Canada, rien de moins!) ont été fourbes avec le Québec.

 

 Jean Chrétien aura été odieux jusqu’à la fin.

Comme bien d’autres, j’ai été abasourdi par la facilité avec laquelle l’ex-premier ministre Jean Chrétien ment, à Tout le monde en parle, en pleine télévision nationale, comme si de rien n’était.

Car ça ne se peut pas que cet homme ne sache pas qu’il mente. Effrontément. À la mesure du mépris qu’il a eu pour les règles démocratiques, en 1995, par exemple. Quand les historiens écriront l’histoire de la nation québécoise, cet homme sera au rang des fourbes qui ont lutté pour sa disparition.

 

Réécrire l’histoire

Ceux qui tentent de gommer l’histoire, ceux qui font tout pour la réécrire, me dégoutent. Jean Chrétien veut réécrire l’histoire pour se donner un beau rôle et pour ce faire, il invente de toute pièce des faits en ce qui concerne ses propres actions comme parlementaire, comme chef d’État.

C’est méprisable.

Il emprunte aux despotes qui changent le cours de l’histoire pour effacer leurs turpitudes.

«Au diable les règles!»

D’ailleurs, dans le passé, Jean Chrétien ne s’est pas gêné pour admettre qu’il s’était moqué des règles démocratiques en 1995 pour «sauver le Canada». J’étais justement en Écosse afin de couvrir le référendum de septembre 2014 quand il a accordé cette fameuse entrevue au Sunday Post quand il avait affirmé, «Au diable les règles!» à propos de sa fierté d’avoir dépensé sans compter pour organiser le Love-in de Montréal ou encore la corruption du programme des Commandites.

Cet homme trichait. Et il le savait. Cet homme, par ses actions, a privé les Québécois de leur rendez-vous démocratique le plus important de leur histoire. Il a triché et menti afin de s’assurer que la volonté démocratique soit inclinée de son côté. Si vous tenez à comprendre l’ampleur de cette fraude (et pour une bonne dose d’enragement), je vous invite à lire Le référendum volédu journaliste Robin Philpot. Et réécoutez l’entrevue de Jean Chrétien à TLMEP ensuite…

 

«La Nuit des longs couteaux»

Encore, sur cet épisode capital de l’histoire des Québécois, Jean Chrétien se disculpe aisément. Pourtant, les acteurs qui ont vécu l’intense négociation constitutionnelle de 1982 contredisent l’ancien premier ministre Chrétien.

Ce dernier prétend que la proposition constitutionnelle de Trudeau en 1982 «était un bon deal», c’est de la foutaise. À preuve, aucun gouvernement depuis au Québec fut-il le plus fédéraliste de l’histoire, n’a jamais voulu adhérer à cette entente constitutionnelle.

Pire encore, quand on se replonge un peu dans la séquence des événements de 1982, on se rappelle à quel point Pierre-Elliot Trudeau et Jean Chrétien (alors procureur général du Canada, rien de moins!) ont été fourbes avec le Québec.

Un texte essentiel à ce sujet, celui du Jean-François Lisée chroniqueur dansL’actualité en novembre 2011. S’appuyant sur les biographies de Trudeau et de Lévesque, notamment, il rappelle comment le Canada a piégé le gouvernement du Québec et les Québécois pour imposer une entente constitutionnelle de façon unilatérale, SANS référendum.

«Comment raconter correctement cette histoire? En s’appuyant sur les mémoires publiées depuis par les protagonistes, notamment les deux principaux : Pierre Trudeau et René Lévesque. Ils se complètent parfaitement.

Dans des débats avec mes amis fédéralistes, je m’amuse parfois à poser cette question: “rappelez-moi quelle était la majorité au Québec lors du référendum pour la constitution de 1982?”

Il y a une pause – car l’idée qu’on puisse adopter une constitution sans référendum paraît aujourd’hui étrange – puis mon interlocuteur dit: “mais il n’y a pas eu de référendum!” Exact.»

Effectivement. Le Canada en 1982 fera miroiter au Québec la condition essentielle de l’approbation par référendum de l’entente constitutionnelle, une base minimale d’acceptabilité pour le texte fondateur d’un pays.

Lisée toujours s’appuyant sur les mémoires de PE Trudeau et de Lévesque :

«La proposition de référendum ayant produit l’effet escompté, les pigeons ayant été suffisamment effrayés, Trudeau la torpille en fin d’après-midi, déposant un nouveau document, intitulé “Implementation process (processus de mise en œuvre)” – étrangement numéroté 15/019, plutôt que 15/021, comme s’il avait été rédigé avant celui déposé le matin.

Rarement cité dans les récits de cette journée, le document est essentiel. Il explique comment Trudeau compte mettre en œuvre sa promesse référendaire du matin. Il suffirait pour tenir ce vote que :

  1. la totalité des premiers ministres présents en approuvent la tenue — ce qui est de toute évidence impossible;
  2. la totalité des membres de la Chambre des Communes en approuve la tenue — ce qui est risible;
  3. la totalité des membres du Sénat en approuve la tenue — également risible.

Si une de ces trois conditions n’était pas satisfaite, le projet de constitution fédéral de Trudeau serait adopté sans retouches.

Or Trudeau voit bien, écrit-il, pince-sans-rire, que «les autres premiers ministres étouffaient de rage» à l’idée d’un référendum.

Ce document déposé, Lévesque s’insurge, à bon droit.  Les provinces anglophones sont rassurées. Exit le référendum.

Dans ses Mémoires, Trudeau conclut :

«la réaction des autres premiers ministres et celle de ses propres fonctionnaires firent comprendre à Lévesque qu’il était tombé dans un piège».

Lévesque ne dit pas autre chose :

«Il nous avait bien eus. Chacun sa conception de la démocratie. Dans la sienne, il y avait belle lurette que la fin justifiait les moyens

La fin justifie les moyens. Exactement ce qui a mené Jean Chrétien, premier ministre en 1995, à tricher, à bafouer les règles démocratiques les plus élémentaires.

Il a beau vouloir présenter «Son histoire», comme il l’a fait hier à TLMEP, celle-ci ne réussira pas à gommer la réalité.

Et la réalité c’est que Jean Chrétien a été un politicien fourbe et qu’en tentant de se donner le beau rôle, encore aujourd’hui, il aura été méprisable jusqu’à la fin.

 

 

 

SOURCE