Dans quelques jours, cela fera déjà cinq ans que Monsieur nous a quittés.

 

« La politique a besoin de grandes tâches pour nourrir son importance. Chez Jacques Parizeau, décédé il y a cinq ans lundi, la question de l’indépendance aura animé l’essentiel d’une longue carrière. « Il a toujours dit que si, en politique, on n’a pas envie de changer le fond des choses, ça devient un jeu, un jeu d’influences, de groupes de pression. Et cela ne l’intéressait pas », résume son biographe, l’ex-ministre Pierre Duchesne. »

 

Article de Jean-François Nadeau  dans LE DEVOIR