«Jusqu’ici, chaque fois qu’un tribunal, – autre qu’un tribunal espagnol -, a dû se prononcer sur des questions liées à la répression des indépendantistes catalans, l’issue s’est toujours révélée favorable à ces derniers, du moins à l’exercice de leurs droits démocratiques et fondamentaux (Allemagne, Belgique et maintenant Union européenne)», a commenté Maxime Laporte, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

 

Article complet dans JOURNAL METRO