Le gouvernement catalan n’a pas la moitié des compétences et des budgets du gouvernement québécois, mais son système d’éducation est entièrement en catalan de la maternelle au seuil de l’université, à l’exception des cours de langue évidemment. Une réussite exceptionnelle si l’on tient compte du fait que le catalan n’est parlé dans le monde que par 10 millions de personnes et qu’il ne peut prétendre, comme le français (300 millions de locuteurs), au statut de grande langue internationale.

 

Dans les années 1960, les Flamands ont eux aussi choisi de « flamandiser » entièrement leur système scolaire, y compris l’université. En 1967, un mouvement semblable à celui de McGill français (qui voulait franciser l’université du même nom) se développa en Flandre. À la différence que, là-bas, il fut victorieux et provoqua le déménagement en territoire wallon de la section française de l’Université de Louvain.

 

Article dans LE DEVOIR