« Franco-Ontarien d’origine, Dupuis ne cache pas que la majorité de ses cousins ne parlent plus le français. Cet aveu constitue, à lui seul, une preuve accablante de l’échec de la Loi [canadienne] sur les langues officielles. »

 

Lire l’article complet dans LE DEVOIR