Jeanne Corriveau | Le Devoir

 

Le premier ministre François Legault estime que la loi 101 doit être respectée et que l’affichage bilingue n’a pas sa place à l’hôpital de Lachute.

Il y a un mois, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides a annoncé qu’à la demande de l’Office québécois de la langue française (OQLF) et pour se conformer à la Charte de la langue française, les panneaux bilingues installés à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôpital de Lachute (Centre multiservices de santé et de services sociaux d’Argenteuil) seraient remplacés par des affiches en français seulement.

Cette exigence a été dénoncée par plusieurs maires de la région, mais interrogé jeudi à ce sujet, le premier ministre François Legault a donné raison à l’OQLF. « L’hôpital ne respectait pas la loi. La loi 101 doit être respectée. C’est ce que nous ferons », a-t-il indiqué. « Mais comme vous le savez, les anglophones continueront d’avoir le droit de bénéficier de services en éducation et en santé. Je ne vois pas l’importance d’avoir de l’affichage bilingue. »

Frustration

Maire du Canton de Gore, Scott Pearce n’est pas de cet avis. Le mois dernier, les neuf maires de la MRC d’Argenteuil, parmi lesquels trois anglophones et six francophones, se sont unis pour dénoncer la décision de l’OQLF. Scott Pearce fait valoir qu’une complicité existe entre les communautés francophone et anglophone dans la région. « On n’a pas de débat linguistique, ici. La frustration, c’est qu’on se demande pourquoi un fonctionnaire de Montréal transfère les chicanes linguistiques de Montréal chez nous », dit-il.

L’affichage en français uniquement pourrait être problématique pour les aînés qui parlent peu le français, soutient-il.

D’ici le remplacement des panneaux, les inscriptions en anglais à l’extérieur de l’hôpital seront masquées. Photo: Ryan Remiorz

L’hôpital de Lachute savait depuis plusieurs années qu’il lui faudrait changer l’affichage. « Ça fait au moins trois ans que l’Office nous signifie qu’on n’est pas conformes à la loi 101 et qu’il nous demande de nous conformer. Ils se sont montrés flexibles, car ils étaient conscients de l’impact financier que cela pouvait avoir pour nous », explique Myriam Sabourin, porte-parole du CISSS des Laurentides.

Comme l’hôpital planifiait de modifier la signalisation extérieure, l’OQLF est revenu à la charge l’an dernier pour que l’établissement se conforme aux règles linguistiques à l’intérieur de ses murs aussi.

 

La bonne foi

Précisons que l’hôpital de Lachute n’a pas de statut d’hôpital bilingue et que les anglophones représentent 17 % de la population de la MRC d’Argenteuil.

La signalisation bilingue a été implantée il y a plus de dix ans sous une autre administration, précise Mme Sabourin. « Ç’a été fait de bonne foi, mais ce n’était pas conforme. L’information n’était pas connue à ce moment-là », dit-elle.

L’hôpital se donne jusqu’à la fin du printemps pour terminer le remplacement des panneaux, mais on ignore pour l’instant le coût de cette opération. D’ici là, les inscriptions en anglais à l’extérieur seront masquées.

Myriam Sabourin assure que les modifications dans l’affichage n’auront aucun impact sur les soins prodigués. « Une personne unilingue anglophone qui se présente dans notre établissement va être en mesure de se faire servir dans sa langue », souligne-t-elle.

De son côté, M. Pearce reconnaît que les anglophones n’ont pas à se plaindre des services offerts à l’hôpital : « Mais je comprends M. Legault. […] Je pense que rouvrir le débat linguistique aujourd’hui, ça ne sert personne. »

 

 

 

SOURCE