Article de la Presse Canadienne paru dans Le Métro le 13 décembre 2010.

La Société Saint-Jean-Baptiste dénonce les tentatives de l’Institut de réadaptation Gingras-Lindsay de Montréal (IRGLM) visant à obtenir le statut d’établissement bilingue.

Selon le président de la SSJB, Mario Beaulieu, l’Office québécois de la langue française (OQLF) a entrepris une évalutation linguistique de la clientèle du centre peu après que l’Institut de réadaptation de Montréal et le Lindsay Rehabilitation Hospital, qui recevait une clientèle anglophone, ait fusionné.

Selon M. Beaulieu, cette évaluation demandée par l’IRGLM vise à lui donner le statut d’établissement bilingue. Or, il affirme que le centre reçoit une clientèle majoritairement francophone, tandis que la loi stipule que ce statut doit être accordé à des institutions ayant une clientèle majoritairement anglophone.

Selon la SSJB, le statut bilingue anglicise les communications internes, l’affichage et les services. Mario Beaulieu explique qu’une étude de l’OQLF démontrait que 18 pour cent des patients francophones des institutions billingues affirmaient «avoir été en contact avec du personnel ne connaissant pas suffisamment le français».

M. Beaulieu réclame donc que la ministre responsable de la Charte de la langue française, Christine St-Pierre, lance une enquête afin de déterminer si les institutions bénéficiant du statut bilingue remplissent toujours les critères nécessaires.

Lire l’article dans le journal Métro


   Articles pertinents :