Il ne s’agit pas d’une première pour l’aéroport Pearson. Le Commissaire aux langues officielles relève avoir déjà mené une enquête sur les mêmes problèmes. Pearson avait alors affirmé avoir signé un contrat avec un nouveau fournisseur de services.

 

Lire l’article complet dans LE DEVOIR