Mathias Marchal  |  MÉTRO

 

Le Canada donne 12 fois plus à l’industrie pétrolière et gazière qu’à celle des technologies propres, selon un rapport de groupes écologistes publié jeudi.

Intitulé Risquer Gros : Comment le financement d’EDC aux énergies fossiles contribue à la crise climatique, le rapport s’intéresse aux projets subventionnés par Exportation et Développement Canada, une société d’État qui finance et conseille des entreprises canadiennes souhaitant faire des affaires à l’étranger. Il a été écrit par des six organismes environnementaux, soit Oil Change International, l’Institut international du développement durable, Environnemental Defense Canada, Above Ground, Équiterre et le Réseau Action Climat.

De 2012 à 2017, Exportation et développement Canada (EDC), qui est financièrement autonome du gouvernement, a aidé l’industrie pétrolière et gazière à hauteur de 62G$. En comparaison, les firmes d’écotechnologies ont reçu 5G$, notent les auteurs du rapport qui soulignent qu’aucun renversement de tendance a eu lieu dans les deux dernières années..

Alors que la Banque mondiale a annoncé en 2017 qu’elle cesserait de financer l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz à partir de 2019, sous gouvernement Trudeau, EDC continue de subventionner généreusement cette industrie.

«Durant les deux premières années du gouvernement de Justin Trudeau, EDC a accordé davantage de soutien financier à l’industrie pétrolière et gazière (22,4 G$) qu’au cours des deux dernières années du mandat de son prédécesseur, Stephen Harper (20,9G$)», note le rapport.

C’est notamment grâce à EDC que le gouvernement Trudeau a racheté récemment le pipeline Trans Mountain pour 4,5G$. Le projet d’agrandissement de ce pipeline entre Edmonton et Vancouver était bloqué par la justice, faute d’une consultation adéquate auprès des Premières nations.

EDC serait aussi partie prenante des futurs travaux envisagés au grand dam des écologistes, qui clament que toute augmentation de la capacité de transport de pétrole issu des sables bitumineux favorise l’exploitation de ce pétrole qui contribue à alourdir le bilan environnemental du Canada.

Selon les groupes écologistes, la refonte d’EDC actuellement en cours devra nécessairement inclure l’interdiction pour EDC de financer l’industrie des combustibles fossiles à partir de 2020.

Au cabinet du ministre de la Diversification du commerce international, Jim Carr, qui supervise EDC, on souligne qu’«il est essentiel que notre gouvernement continue de soutenir l’industrie pétrolière et gazière qui joue un rôle vital dans l’économie canadienne et qui permet d’offrir des emplois de grande qualité à des milliers de Canadien». »Notre gouvernement demeure attaché à respecter l’engagement pris dans l’Accord de Paris», ajoute du même souffle Isabella Brisson-Urdaneta, l’attachée de presse du ministre Carr.

 

 

 

 

 

 

 

 

SOURCE