Si la survie du français passe par les citoyens, le gouvernement doit lui aussi prendre des mesures qui s’imposent pour assurer sa pérennité au Québec.

L’un ne va pas sans l’autre, si on veut sauvegarder cette langue belle, cette langue nôtre.

 

 

Lire l’article dans LE DEVOIR