Faire du français la véritable langue officielle du Québec, notre langue commune, la langue de l’inclusion et de la cohésion, tel est l’objectif fondamental de la loi 101. Ce sursaut de cohérence de la part de notre gouvernement, après toutes ces années de tergiversation que nous avons traversées, est le bienvenu. Nos concitoyens allophones ne devraient plus être traités par notre administration publique comme des anglophones en puissance, mais bien comme des francophones en puissance. 

 

Lire l’article complet dans LA PRESSE