Au Canada, ce dominion postnational ouvert à toutes les identités (oui, je suis ironique), il y a une pression subtile des autorités pour que les athlètes québécois s’abstiennent d’arborer le fleurdelisé.

 

Article du Journal de Montréal