Les libéraux affaiblissent la position du Québec au moment où le gouvernement fédéral conteste le droit du Québec de choisir son statut politique[, affaire où intervient la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal]. Allié de Keith Henderson dans le but d’invalider des pans de la Loi sur l’exercice des droits fondamentaux et les prérogatives du peuple du Québec, le gouvernement fédéral, qui prend ses aises avec le renvoi de la Cour suprême sur la sécession, plaide le fait que l’indépendance ne peut se réaliser sans une modification constitutionnelle qui requiert l’approbation du fédéral et de sept provinces représentant au moins 50 % de la population, ou pire, leur unanimité. Bref, que l’indépendance est impossible. C’est la loi sur la clarté tout crachée, cette oeuvre de Stéphane Dion qui se veut un moyen ultralégaliste de mettre un verrou sur les choix politiques du peuple québécois, sa liberté « d’assumer son destin », comme dirait Robert Bourassa.

— Robert Dutrisac

 

 

 

Lire l’article dans LE DEVOIR