De son côté, le Mouvement Québec français réclame la suspension de ce projet d’agrandissement et la tenue d’un débat de fond sur «l’anglicisation du réseau collégial au Québec».

«Il faut impérativement cesser de contribuer, à même les fonds publics, à la détérioration de nos cégeps français au profit de l’offre collégiale anglophone», affirme son président, Maxime Laporte.

Articlle complet dans LE JOURNAL DE MONTRÉAL