Article de François Pouliot publié dans Les Affaires le 31 janvier 2012

photo les affaires

Alors que Metro refuse d’ajouter un accent à son appellation pour la franciser au Québec, la société Quebecor pourrait prochainement franciser la sienne afin d’avoir une marque mieux adaptée au paysage linguistique québécois.

« Je vous confirme que Quebecor et sa filiale Quebecor Média ont entrepris il y a plusieurs semaines déjà une réflexion qui les mèneront à recommander à leurs conseils d’administration et à leurs actionnaires respectifs de considérer l’ajout d’une version française au nom Quebecor par l’ajout d’un accent aigu », a indiqué par courriel aux Affaires le vice-président aux affaires corporatives et institutionnelles de Quebecor, Serge Sasseville.

Monsieur Sassevile a insisté sur le fait que les modifications étaient sujettes aux approbations des conseils d’administration et des actionnaires.

La recommandation de Quebecor survient au moment même où Metro est attaquée par l’activiste Yves Michaud qui lui demande de franciser son nom au Québec en lui ajoutant un accent aigu.

Monsieur Michaud a déposé une plainte à l’Office de la langue française du Québec où il allègue que le mot « metro » n’est pas français et uniquement anglais.

La direction de l’épicier indique quant à elle que « Metro » n’est ni un mot français, ni un mot anglais, mais une marque de commerce qu’elle a toujours utilisée et qui n’a jamais été accentuée.

Voir dans le journal Les Affaires


   Articles pertinents :