Article de Bernard Bolduc publié sur Radio-Canada le 25 janvier 2012

Pierre Curzi demeure l’orateur populaire qu’il était lorsqu’il défendait les couleurs du Parti québécois. Le député indépendant s’adressait mercredi matin à une assemblée d’étudiants dans le cadre de la Semaine de la souveraineté à l’Université de Montréal.

photo radiocan

Mais celui qui avait asséné un véritable électrochoc au parti en quittant le caucus péquiste, le 6 juin dernier, se montre cette fois réservé et pèse particulièrement ses mots, dans une entrevue accordée peu avant son discours.

Le député indépendantiste salue le certain retour au calme au PQ avec la fin de la contestation du leadership de sa chef Pauline Marois.

« Il y a une accalmie [au PQ]; aussi, l’idée est de laisser les choses se déposer. On est mieux de laisser les choses se placer tranquillement », laisse tomber M. Curzi qui refuse, pour cette raison, de commenter les déboires récents de Gilles Duceppe : « Les commentaires ne sont pas utiles. »

Pierre Curzi n’écarte pas un retour au PQ, sans aborder d’ailleurs la question de sa direction, alors que sa démission avait été un véritable camouflet au leadership de Pauline Marois. En août, il se disait prêt à revenir si elle abandonnait son poste.

« Je suis indépendant, ouvert à tout et, éventuellement, je peux être sollicité », dit le député indépendantiste, qui rappelle être aussi proche de Québec solidaire et d’Option nationale, tout en gardant des liens avec une partie du caucus péquiste.

Voir sur Radio Canada


   Articles pertinents :