46 ans après la consécration du principe du français seule langue officielle par le gouvernement [de Robert] Bourassa, ce principe est devenu principalement symbolique, croient les auteurs.

« […] le législateur pourrait, et devrait, profiter du dépôt annoncé d’un projet de loi modifiant la loi 101 pour rétablir une primauté de la version française des lois. Cela permettrait de régler un des problèmes soulevés par le Barreau, soit l’existence de nombreuses divergences entre les deux versions des lois qui causent de l’insécurité juridique, et de restaurer le principe du français langue officielle. »

 

Article dans  LE DEVOIR