Article de Marie-Josée Roy publié dans le Huffington Post le 1er octobre 2012
image
[…] « Ont-ils peur qu’on vienne jeter de l’huile sur le feu ? Si c’est le cas, c’est donc qu’il y a un feu. Et, s’il y a un feu, il faudrait peut-être qu’on en parle ! Ça me semble davantage être une démonstration de l’harmonie montréalaise qui, somme toute, a été mise à mal ce soir-là. Et c’est un événement qui a été systématiquement qualifié d’acte isolé d’un malade mental, alors que tout l’aspect politique a été évacué d’emblée. » […] Alors que se tiendra lundi, au Métropolis, le spectacle-bénéfice en hommage au technicien Denis Blanchette, décédé lors de l’attentat perpétré le soir des élections provinciales, Sébastien Ricard, alias Batlam du trio Loco Locass, ne comprend absolument pas pourquoi ses camarades Biz, Chafik et lui-même n’ont pas été invités à prendre part à la fête.

À peine débarqué au Québec après un voyage en Inde, le comédien et chanteur, rencontré quelques heures avant le coup d’envoi de la prestation réunissant notamment Céline Dion, Arcade Fire, Ben Harper, Patrick Watson, Cœur de pirate et Vincent Vallières, venait tout juste d’apprendre qu’un concert spécial se tenait en mémoire des tristes événements du 4 septembre. Prudent dans ses propos, l’artiste n’a néanmoins pas hésité à décrier la décision des organisateurs de ne pas inclure Loco Locass, l’un des groupes les plus engagés de la province, dans le programme de la soirée.

« Je trouve que c’est totalement insensé, a-t-il martelé. Ça représente bien, je trouve, la situation dans laquelle on est. Ce qui me frappe, de cet événement du soir du 4 septembre, c’est à quel point ç’a vite été mis sous le boisseau. Je n’ai pas vérifié, je n’ai pas encore parlé à mes deux autres potes mais, si on n’a absolument pas été considérés, ça me sidère. Ça me choque un peu. »

Lire l’article complet dans le Huffington Post


   Articles pertinents :