Marc-André Gagnon |  Journal de Montréal

 

Même s’il rejette la possibilité de commander un deuxième navire ravitailleur, Justin Trudeau a assuré vendredi qu’il est à la recherche d’ouvrage pour le chantier Davie, ce qui pourrait passer par la commande de traversiers fédéraux, selon ce qu’il a été possible d’apprendre.

De passage devant les gens d’affaires de Québec, le premier ministre Trudeau a clairement fait savoir que son gouvernement n’ira pas de l’avant avec l’Obélix, un projet similaire à l’Astérix, un porte-conteneurs transformé en navire ravitailleur qui a été livré en janvier 2018 à la Marine royale canadienne.

«Je vous entends sur l’Obélix. La réalité, c’est que nous allons créer les navires et l’équipement dont nous avons besoin, et la Marine canadienne n’a pas présentement besoin de deuxième navire de ravitaillement. C’est une évaluation que nos Forces armées ont faite», a indiqué Justin Trudeau, lorsqu’interpellé à ce sujet par la syndicaliste Ann Gingras, lors d’une période d’échanges devant public.

 

Injustice

Devant une salle comble, Mme Gingras a rappelé que le chantier maritime de Lévis «vit une énorme injustice» depuis qu’il a été exclu des milliards de dollars en contrats de navires fédéraux accordés dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale, en 2011.

«La Davie faisait face à des difficultés. Le timing a été mauvais pour la Davie, pour le Québec», a reconnu M. Trudeau, en imputant la faute au gouvernement précédent de Stephen Harper.

«On est déçus, puis les fournisseurs de Davie sont déçus, c’est clair. Puis le syndicat aussi est déçu», a réagi le président de l’Association des fournisseurs de Chantier Davie, Pierre Drapeau, après avoir entendu le premier ministre du Canada.

Une lueur d’espoir semble toutefois se dessiner à l’horizon pour les centaines de travailleurs qui attendent depuis des mois d’être rappelés au chantier.

 

Deux traversiers à remplacer

«On est en train de chercher les façons d’envoyer plus de travail à Davie», a d’ailleurs signalé M. Trudeau, devant un parterre composé de gens d’affaires et de plusieurs élus de la région.

Tel que rapporté par Cogeco Nouvelles, le gouvernement Trudeau aurait notamment dans sa mire les contrats de remplacements à venir de deux vieux traversiers fédéraux dans les Maritimes.

Le premier, géré par CTMA, est le Vacancier, qui relie les Îles-de-la-Madeleine à l’Île-du-Prince-Édouard. La construction du navire qui appartient au gouvernement du Canada remonte à 1981.

Le NM Holiday Island, qui est exploité selon le même modèle d’affaires par Northumberland Ferries, a été construit en 1971. Il relie l’Île-du-Prince-Édouard à la Nouvelle-Écosse.

 

 

 

SOURCE