Article de France Paradis paru dans Journal Le Lac St-Jean le jeudi 21 janvier 2010.

« Le drapeau québécois constitue la somme de tous les efforts, de tous les échecs et toutes les victoires qui ont façonné l’identité du peuple québécois et ses valeurs fondamentales, dont celle du partage et de la solidarité », commente Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

À l’occasion du soixante-deuxième anniversaire du drapeau du Québec, la SSJB de Montréal distribuera aujourd’hui des drapeaux et des tracts informatifs sur l’histoire du fleurdelisé.

La SSJB profitera de l’occasion pour exprimer sa solidarité avec le peuple haïtien en distribuant des tracts invitant les Québécoises et les Québécois à lui venir en aide par l’entremise des principaux organismes d’aide et de coopération internationale.

Il y a soixante-deux ans, le 21 janvier 1948, le fleurdelisé remplaçait pour la première fois l’Union Jack sur la tour centrale de l’Hôtel du Parlement, à Québec.
Selon le site de Wikipédia, le drapeau du Québec ou le fleurdeliséest le drapeau nationaldu Québec. Il est composé d’une croix blanche et de quatre fleurs de lys de la même couleur sur fond azur.

Le drapeau est adopté par le gouvernement du Québec pendant le mandat du gouvernement de Maurice Duplessis. Il est élevé pour la première fois le 21 janvier 1948, à 15 heures, heure locale, au parlement provincial situé à Québec.

Le fleurdelisé flotte aujourd’hui partout dans le monde sur les délégations et bureaux du Québec à l’étranger

La description héraldique du drapeau est : « d’azur à la croix d’argent cantonnée de quatre fleurs de lys du même ».

En héraldique, « l’azur » correspond au bleu et « l’argent » au blanc.

Symbolisme [modifier]

De couleur blanche, la croix renvoie au catholicisme. Centrée et droite, elle est typique des anciens royaumes d’Europe occidentale. L’utilisation de croix blanches sur les drapeaux français remonte au XIIIe-XIVe siècle.

Comme pour le « Carillon », ancêtre direct du fleurdelisé, le bleu symbolisait à l’origine la Vierge Marie. S’éloignant peu à peu de sa symbolique originelle, la couleur du drapeau est devenue nettement plus foncée au fil des années. Les drapeaux bleus à croix blanche sont attestés en France comme symboles militaires ou de la marine marchande dès le XVIe siècle. Le fond bleu royal rappelle la couleur du blason des souverains de France qui régnèrent durant la domination française en Amérique.

Quant au lys comme symbole de la monarchie française, il est attesté à partir du XIIIe siècle (même si une légende le fait remonter à Clovis). Les fleurs de lys du drapeau québécois se distinguent de celles du blason royal français par leur couleur. Les premières sont blanches, la couleur du catholicisme, mais aussi celle du royaume de France sous les Bourbons, les fondateurs de la colonie. Les secondes sont dorées, la couleur des Capétiens directs.

Même si elles ont été apposées sur le drapeau du Québec afin de rappeler l’époque de la Nouvelle-France, ces fleurs de lys blanches ne symbolisent pas pour autant un quelconque attachement du peuple québécois à la monarchie française. Le lys de l’héraldique, décliné en différentes couleurs selon les régions, s’est imposé comme symbole de la francité nord-américaine, du moment que la feuille d’érable devint un emblème pan-canadien.

« Le drapeau québécois constitue la somme de tous les efforts, de tous les échecs et toutes les victoires qui ont façonné l’identité du peuple québécois et ses valeurs fondamentales, dont celle du partage et de la solidarité », commente Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal.

À l’occasion du soixante-deuxième anniversaire du drapeau du Québec, la SSJB de Montréal distribuera aujourd’hui des drapeaux et des tracts informatifs sur l’histoire du fleurdelisé.

La SSJB profitera de l’occasion pour exprimer sa solidarité avec le peuple haïtien en distribuant des tracts invitant les Québécoises et les Québécois à lui venir en aide par l’entremise des principaux organismes d’aide et de coopération internationale.

Lire l’article dans le site Internet du Journal Le Lac St-Jean


   Articles pertinents :