Le groupe anti-francophone Canadians for Language Fairness (CLF) a profité d’un événement à l’hôtel de ville d’Ottawa pour propager son message, un coup d’éclat vite dénoncé par le maire de la capitale fédérale, Jim Watson.

 

Lire l’article paru dans LE SOLEIL