Chronique de Mathieu Bock-Côté publié dans le 24 HEURES le 4 janvier 2012

C’est une belle tradition: celle des voeux de la nouvelle année. Vous me le pardonnerez, les miens seront politiques.
Je nous souhaiterai une chose à nous, Québécois, pour 2012: de ne jamais renoncer, au fond de nous-mêmes, au vieux rêve de l’indépendance, du pays.

Bizarre? Non.

Ce voeu ne sort pas de nulle part. 2011 a été une année désastreuse pour les indépendantistes.Le Bloc est disparu à Ottawa. Le PQ a implosé à Québec. La souveraineté se retrouve dans la cale des sondages.

Si la tendance se maintient, le mouvement souverainiste disparaîtra en 2012.Il y a des esprits lunatiques pour s’en réjouir.

Si les souverainistes conservent lors des prochaines élections une quinzaine de députés, ce sera presque une victoire. Ils continueront d’exister.Pour l’instant, c’est ce qu’il nous est permis d’espérer.

La vie des peuples est faite de paradoxes. Car si jamais l’indépendance n’a paru aussi éloignée, jamais elle n’a été aussi nécessaire.

Le Canada anglais se durcit à notre égard.Je ne crois pas un instant que Stephen Harper soit le diable. Ou qu’il ait toujours tort.

Mais sur l’essentiel, ce sont deux pays qui s’affron-tent.

Le Canada anglais redécouvre son identité. Au même moment, il nie la nôtre.On le voit avec les bibelots monarchistes que ressortent partout les conservateurs. Ou avec la nomination décomplexée d’unilingues anglophones aux sommets de l’État.

Dans ce pays, nous sommes appelés à nous folkloriser. Et la question n’est pas de savoir si on est bien ou mal gouverné. La question est de savoir si on se gouverne soi-même.

C’est à ce moment que les Québécois décident paradoxalement de tourner le dos à la question nationale.

Pourtant, une fois qu’il a engagé sa marche vers l’indépendance, un peuple ne peut plus s’arrêter. S’il s’avoue vaincu, il se laisse alors entraîner dans la spirale de la médiocrité.

Par exemple, il se met à mépriser sa langue et à dévaloriser son identité. Ses jeunes commencent à le fuir. Ailleurs, c’est mieux, non? Évidemment, les immigrants ne veulent pas s’y intégrer. Pourquoi le feraient-ils? Car ce peuple ne se respecte même pas lui-même.

Mais c’est lorsqu’on ne croit plus aux miracles qu’on finit par ne plus croire à la vie. Pour 2012, je nous souhaite un pays. Évidemment, je rêve. Mais je nous le souhaite quand même

. Gaston Miron écrivait: ça ne pourra pas toujours ne pas arriver».

Enfin, j’espère.

Voir dans le 24h Montréal


   Articles pertinents :