Eric Tremblay |  Journal St-François

 

La culture québécoise semble délaissée par les jeunes de 12-17 ans. Un constat lourd de sens pour Alicia Gafanhoto-Ménard. L’étudiante de l’école Baie-Saint-François souhaite ouvrir les horizons de sa génération avec ses passions que sont la musique et la langue.

Alicia Gafanhoto-Ménard prend la défense de la culture québécoise et espère convaincre sa génération de prêter l’oreille à sa musique et sa langue.

Pour l’adolescente, il y a urgence. «Les jeunes s’approprient moins leur culture, soutient-elle au terme de ses recherches. On a la propension de descendre notre culture et notre langue alors qu’on devrait plutôt être fier de qui on est. »

Des statistiques ont démontré que dans une proportion de 64 %, les jeunes de son âge préféraient écouter de la musique en anglais; seulement 6 % priorisent le français.

Sur son blogue, elle en a profité pour faire un top 10 de ses chansons favorites. Un palmarès d’artistes tels Malajube, Karkwa ou Harmonium qui ont pourtant connu un fort succès d’estime aux États-Unis.

«Je ne pense que les jeunes soient indifférents, mais ils ne comprennent pas l’enjeu, explique-t-elle. À la radio, s’il n’y avait pas de quota, j’ai l’impression qu’on n’entendrait pas de chansons francophones. Notre musique et notre langue sont uniques et belles; il faut se les approprier. Par mon blogue, je souhaite donner des pistes pour guider les 12-17 ans. »

Par-dessus tout, la culture québécoise se veut un élément identitaire. «Être Québécoise, ce n’est pas seulement quelqu’un qui vit au Québec. Gafanhoto est d’origine portugaise, résume Alicia. C’est quand on se sent Québécoise et ça vient avec toutes les influences de toutes les cultures. Ça fait une culture plus riche. »

Sa démarche découle de son projet personnel scolaire. Son blogue pourrait emprunter le mode de la vidéo via une chaîne YouTube. Selon elle, il s’agit d’une plateforme dynamique appréciée des jeunes de son âge.

 

 

 

SOURCE