Nous attendions plus de rigueur de la part d’un gouvernement qui se positionne comme un défenseur du fait français au Québec.

L’exemplarité étatique, c’est aussi d’être en mesure de s’adresser à sa population, dans sa langue officielle et sans faire de fautes !

 

JOURNAL DE MONTRÉAL

Le message de Québec En Alerte diffusé à 18h30 pour annoncer le couvre-feu en a surpris plus d’un: le texte, certainement préparé et révisé longtemps d’avance, contenait une erreur de français.

«Québec En Alerte. Couvre-feu en vigueur dès ce soir. Interdiction de se trouver à l’extérieur de sa résidence ou de son terrain entre 20h et 5h, sous peine d’amende. Surveillance policière accrue. Restez à la maison et respecter (sic) le couvre-feu afin de protéger des vies […]», était-il affiché sur les écrans des cellulaires des Québécois.

Or, à la cinquième phrase s’est glissée une erreur de conjugaison: le verbe «respecter» est resté à l’infinitif et n’a pas été conjugué, alors qu’il aurait dû, dans ce cas-ci, être conjugué à l’impératif.

Ainsi, les Québécois auraient dû lire «respectez le couvre-feu» et non «respecter le couvre-feu».

Des internautes n’ont pas manqué de souligner l’erreur sur Twitter.