---

Dimanche 30 avril à 13 h 30

 

Maison Ludger-Duvernay

(82 Ouest, rue Sherbrooke, Montréal)

La campagne 101 victoires pour le français a pour but de consulter et mobiliser la population pour faire du français la langue publique commune partout au Québec. Avoir une langue commune est essentiel pour inclure les nouvelles et nouveaux arrivants et pour assurer l’avenir du français dans le seul état francophone en Amérique du Nord. Il est temps de rassembler et de passer à l’action. 

Il faut contrer les effets négatifs, parfois méconnus, mais pourtant extrêmement néfastes, de l’anglicisation de Montréal. Il ne faut plus accepter que l’on exige la maîtrise de l’anglais pour postuler à un emploi qui ne nécessite pas de communication avec l’extérieur du Québec. En agissant toutes et tous ensemble, nous pouvons redonner au français la place qui lui revient au Québec.

Le déclin du français résulte des affaiblissements systématiques qu’a subila Charte de la langue française. La loi 101 visait à renforcer le pouvoir d’attraction et d’intégration du français en faisant du français non pas une langue officielle, mais plutôt la seule langue officielle du Québec, tout en permettant l’adoption de mesures d’exception pour la minorité historique anglophone.

Dès l’établissement de la loi 101, le gouvernement fédéral est intervenu de toutes sortes de façons pour imposer le bilinguisme institutionnel au Québec et renforcer la langue anglaise, par exemple en finançant la guérilla juridique de puissants groupes de pression anglophones comme Alliance Québec et aujourd’hui le Quebec Community Groups Network (QCGN), ou par des jugements de la Cour suprême et la Constitution de 1982 imposée par le Canada anglais contre la volonté du Québec.

Nous avons encore la possibilité d’inverser par des actions simples et coordonnées cette tendance au recul, si nous en décidons.

Au plaisir de vous rencontrer à cette occasion,

Mario Beaulieu,
Député de La Pointe-de-l’Île et porte-parole en matière de langues officielles et francophonie

---

Édition du 1 mai 2017 - 19h


Maison Ludger-Duvernay
82, rue Sherbrooke Ouest, Montréal

Frontenac

avec
Éva Boyer, historienne

Ce grand homme, Louis de Buade de Frontenac de Palluau, vient d'une famille où les qualités sont nombreuses: la vaillance, la fidélité au roi, le courage du Midi monté vers le nord de la France.  Il reste le fils et le petit-fils, d'un père et d'un grand-père qui ont côtoyé Henri IV, Louis XIII et Louis XIV.

Comme son père et son grand-père, il s'illustre dans l'armée du roi, dès 1636. Il combat au nord, au sud du royaume de France. Il réussit un mariage dès plus singulier pour ne pas dire étrange.  Toutefois malgré le grand train de vie, il est toujours sous les ordres royaux.

Bon chef, bon maréchal de camp, gêner par les dettes et aussi parce que la Nouvelle-France a besoin d'un bon gouverneur, il quitte la France pour deux mandats.

---
---
---
---
---

aQction.info

•  Aimez notre page Facebook et soyez informé en temps réel !

C 2016-2017 - Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal - Réseau Cap sur l'Indépendance (RCI)

---
visitez le site de la SSJB

82, rue Sherbrooke Ouest Montréal H2X 1X3
Entêtée d'avenir... depuis 1834 !